abordages

Élection présidentielle 2017 : lettre à mes amis hors de France

(in english)

(en français)

Presidential Election 2017 : letter to my friends outside France

On 23 April and 7 May 2017 the French people will vote to elect a new President of the Republic.

Some of you have told me their concerns to see Marine Le Pen so high in the polls. You are right. The far right will reach a high score. France is afraid. She age badly, she does not invent, she is like a little animal frightened by the rain. A proportion of the French population takes refuge in the right vote, the fear of foreigners, the feeling of insecurity.

Here, several important things need to be said. First, the “normalization” of Le Pen (daughter) and the radicalization of the "classical" right, have as a consequence that today the differences are very thin between these two political forces. In a few years they will unite. Secondly, it should not be forgotten that only a minority of French people will vote for the National Front. Generally very motivated people, who never abstain. There has always been a strong far right in France ; it is now stronger than usual. Historical reactionaries are reinforced by many idiots who vote for the National Front for "exploding everything" and because they are tired of the lies of the politicians. I will not waste time being subtle and talking about these people. Far right candidates and those who vote for them are enemies, we know that since a long time.

But it is true that Le Pen can win, even if its voters are a minority (http://theconversation.com/why-and-comment-marine-the-pen-power-with-the-less-of-50-intentions Of-vote-74994).

On the other side, on the left, many people will abstain. One thing to understand is that if people do not vote for the "classic" reformist left, it is because this left betrayed them several times. In 2005, for example, when a majority of French people voted against the Constitutional Treaty of Europe by referendum, and left-wing deputies voted for it in Parliament afterwards. It must not be forgotten that in 2012, what made François Hollande win was probably a short sentence that he said during a meeting : "My real adversary is the world of finance”. And then, during five years he run a liberal and right-wing politic. He didn’t go as far as Blair or Schröder, but he is in line with the "social liberals" who are doing the historical work - the “reforms” - of the right. The right cannot do it without confronting millions of people in the streets.

Reforms ? That’s how they call their neo-liberal offensives. For them, the common good have less value than private property ; for them, the more rich there are, the less poor there will be (surprisingly, they really think that, despite the horrible statistics that show that the world has never been so unequal, so rich and so poor at the same time) ; they think that economic rules hamper creativity, but it must be said that for them a businessman is more creative than a scientist (Emmanuel Macron recently said, "Young French must have a desire to become billionaires" ; not physicist, artist, plumber, astronaut, ebenist or nurse, no, billionaire) ; in fact, they think that if the poor are poor it is because they are a bit stupid or not enough motivated and that it is normal that there are huge inequalities (but they do not say that so explicitly). If you ask them, they will say they are in favor of "equal opportunities" and that kind of empty words (instead of speaking about social justice). They are going to tell you about the moral values ​​that they think are enough to make them belonging to the "left" : against the death penalty, in favor of same-sex marriage. But whatever. Look at how they act. They act like right-wing politicians.

People do not want any more this left. And that’s normal. That’s why Hillary Clinton lost in the US. The Americans of the “rust belt” remembered that Clinton (the husband) was the one who had massively liberalized the economy and caused the death of their industries.

Some say that France will soon experience such an alternative. The classical “right” (François Fillon) is completely discredited because their leader is a thief. The Socialist Party, I explained why they will not win. Therefore many are talking about a duel Le Pen vs. Macron.

Emmanuel Macron is the perfect representative of neo-liberalism. He will implement a very rude and unfair politic for the majority of citizens, and very sweet for the shareholders and the rich, while smiling like a hypocrite. He is said to be brilliant, but if one pays attention to what he says one realizes that he is rather limited. He’s just a technocrat. He will run measures already applied elsewhere, which will lead us a little more to the edge of the abyss around which Europeans have been dancing for years. He will continue the neo-liberal task which is the only thing that the EU is able to build.

Have a look at the arguments of those who support Macron. For example, a few days ago I stumbled upon this website : http://la-philosophie.com/why-we-sustain-the-candidature-of-macron: "Macron wants to go beyond the traditional vision of Parties and ideologies, declaring himself being as "left and right", wishing to break with the classical right / left dichotomy. This seems to be the sense of history, as market ideology and its political counterpart, liberalism, tend to impose”. It’s misleading, it’s distressing and it’s coward. This political thought is empty, inert, dead. For example, re-read the first sentence : it repeats the same idea, talk for the sake of talking. Because they have nothing to say. And do they really believe there is a sense of history ? I think they wrote that because sounds good, that’s all. They never really thought about that. They talk like incompetent bureaucrats. "Market ideology" : I still wonder what it is. As Orwell had anticipated, they emptied the words of their meaning. Then, it’s a lie because Macron has a well-established ideology, which is neo-liberalism. Finally, it is a coward politic that resembles that which some French practiced during the Second World War, that of the collaborators of the Vichy regime. They used to say : war is lost, save what we can save. As the Versaillais had accepted defeat against the Prussians in 1871, before the Parisians raised the Commune of Paris. Old philosopher Alain Badiou was already saying that about Nicolas Sarkozy. Of course, they do not want to save anything other than their interests, in the great global war of globalization. But those who organize the defeat position themselves as saviors. Macron is the same. He will implement a policy for the rich : deregulation of the economy, removal of taxes for capital holders and businesses, destruction of workers’ rights (as he began to do by inspiring the "labor law" when he was minister of Hollande), instrumentalization of immigration for the benefit of employers. And he will fail to make the country progress. Because his goal is to defend the interests of his rich friends.

Finally, let me add that he was a traitor (to the man who made him, Francois Hollande) surrounded by traitors (like Manuel Valls – former Prime minister – who, after committing himself to support the winner of the primary elections in the Socialist Party, declared that he supports Macron). How can people choose such opportunists to run a country ?

The reality is that Macron is actively supported by the media, which in France are almost all held by a handful of big capitalists. If he is elected, then within five years Le Pen or other fascists will be even closer to power.

No, we cannot vote for Macron. He is not on the left, he belongs to the right. He is the one who will finish pushing France in the path of liberalism. And in order to maximize his chances of accessing to the power, the media supporting him are blackmailing with the far right : you have no choice, vote for the young bankster or you will have the blonde xenophobic.

No, we cannot accept this blackmail. If we accept, we are as cowards as they are. If we accept, that means that we have lost any kind of hope. Because we are becoming like them. Patriotism is detestable because it says I have something to do with these people. It’s wrong. I am French, but I have nothing in common with either Le Pen or Macron.

I must say that I am convinced that Le Pen will not come to power this time. I also think that the extreme right has to be fought by other means than only voting. The situation is not comparable to the 30’. But let us recall a lesson of that time : the extreme right has to be fought more violently and definitively. They are not democrats, we do not have to be with them.

I also think, and I hope I’m not mistaken, that Macron will not score as well as the polls say. The French are gradually realizing that he is dangerous but also inconsistent.

But then, if I want to vote, what is left, you will ask ? Early 2015 Alexis Tsipras was elected in Greece. He was carrying many hopes. Then he betrayed his promises, he accepted the ultraliberal dictates. He was afraid. I do not believe in any providential man and I find it absolutely ridiculous and retrograde to vote for a "leader" for five years, without the possibility of controlling him, of revoking him. If we really want to leave the reign of injustice and catch the last chance to stop burning the planet, we must change the system in depth. But more and more French do think that Jean-Luc Mélenchon can manage something like that. I hope they are right.

But if in the second round it is Macron vs. Le Pen, I will not vote. The far right, as I said, must be fought in a less democratic way. But above all, it is necessary to fight the economic politics which brings it. Exactly the kind of politic Macron wants to do. Voting for him is strengthening the extreme right.

Do not forget that the French are sometimes very surprising. It would not be surprised if it would from France that a new great revolution would rise. Then people will laugh remembering these little anecdotes of history, Le Pen or Macron. Meanwhile, do not believe your media who present Macron as the hope of France. It’s a nightmare which we try to avoid.

 


 

Élection présidentielle 2017 : lettre à mes amis hors de France

Le 23 avril et le 7 mai 2017 les Français vont voter pour élire un nouveau président de la République.

Plusieurs d’entre vous m’ont dit leur inquiétude de voir Marine Le Pen si haut dans les sondages. Vous avez raison. L’extrême droite fera un bon score. La France a peur. Elle vieillit mal, elle n’invente pas, elle est comme un petit animal effrayé par la pluie. Alors une partie des Français se réfugient dans le vote de droite, la peur des étrangers, le sentiment d’insécurité.

Ici, plusieurs choses me paraissent importantes à dire. D’abord, la « normalisation » de Le Pen (fille) et la radicalisation de la droite « classique » font que, aujourd’hui, les différences sont très minces entre ces deux forces politiques. Dans quelques années elles s’uniront. Ensuite, il ne faut pas oublier que seule une minorité de Français vont voter pour le Front national. En majorité des gens très motivés qui ne s’abstiennent jamais. Il y a toujours eu une importante extrême droite en France ; elle est aujourd’hui plus forte que d’habitude. Les réactionnaires historiques sont renforcés par beaucoup d’idiots qui votent pour le Front national pour que « tout explose » et parce qu’ils sont fatigués des mensonges des politiques. Je ne vais pas perdre du temps à être subtil et parler de ces gens. Les candidats d’extrême droite et ceux qui votent pour eux sont des ennemis, nous le savons depuis longtemps.

Mais il est vrai que Le Pen peut gagner, même si ses électeurs sont minoritaires (http://theconversation.com/pourquoi-et-comment-marine-le-pen-peut-gagner-avec-moins-de-50-dintentions-de-vote-74994).

De l’autre côté, à gauche, beaucoup de gens vont s’abstenir. Il faut bien comprendre une chose : si les gens ne votent plus pour la gauche « classique », réformiste, c’est parce qu’elle les a trahis plusieurs fois. En 2005 par exemple, quand une majorité de Français ont voté contre le traité constitutionnel de l’Europe par référendum, et que les députés de gauche ont ensuite quand même voté son adoption au Parlement (transformé en traité de Lisbonne). Il ne faut pas oublier non plus qu’en 2012, ce qui a fait gagner François Hollande a probablement été une petite phrase qu’il a dite au cours d’un meeting : « Mon véritable adversaire c’est le monde de la finance ». Et ensuite, pendant cinq ans il a fait une politique libérale et de droite. Il n’a pas été aussi loin que Blair ou Schröder, mais il s’inscrit dans cette ligne des « sociaux libéraux » qui font le travail historique – les « réformes » – de la droite, que celle-ci ne pourrait faire qu’en affrontant des millions de gens dans la rue.

Réformes ? C’est comme ça qu’ils appellent leurs offensives néo-libérales. Pour eux, le bien commun a moins de valeur que la propriété privée ; pour eux, plus il y a de riches, moins il y aura de pauvres (étonnamment, ils pensent vraiment ça, malgré les horribles statistiques qui montrent que le monde n’a jamais été aussi injuste, si riche et si pauvre à la fois) ; ils pensent que les règles économiques freinent la créativité, mais il faut dire que pour eux un financier est plus créatif qu’un scientifique (Macron disait par exemple il y a peu : « Les jeunes Français doivent avoir envie de devenir milliardaires » ; pas physicien, artiste, plombier, astronaute, ébéniste, marin ou infirmier ; non, milliardaire) ; en fait, ils pensent que si les pauvres sont pauvres c’est parce qu’ils sont un peu crétins ou peu motivés et que c’est normal qu’il y ait des grandes inégalités (mais ils ne le disent jamais si explicitement). Si vous leur demandez, ils vont dire qu’ils sont pour « l’égalité des chances » et ce genre de mots creux (au lieu de parler de justice sociale). Ils vont vous parler des valeurs morales dont ils pensent qu’elles suffisent à les rendre « de gauche » : contre la peine de mort, pour le mariage homosexuel. Mais peu importe. Regardez comment ils agissent. Ils agissent comme des politiciens de droite.

Alors les gens ne veulent plus de cette gauche. Et c’est normal. C’est pour ça que Hillary Clinton a perdu aux USA. Les Américains de la « rust belt » se souvenaient que c’était Clinton (le mari) qui avait massivement libéralisé l’économie et causé la disparition de leurs industries.

Certains disent que la France va bientôt connaître une telle alternative. La droite classique (François Fillon) est complètement décrédibilisée parce que leur chef est un voleur. Le Parti Socialiste, j’ai expliqué pourquoi il ne gagnera pas. Alors beaucoup parlent d’un duel Le Pen vs. Macron.

Emmanuel Macron, c’est le parfait représentant du néo-libéralisme. Il fera une politique très dure et injuste pour la majorité des citoyens et très douce pour les actionnaires et les riches, tout en souriant comme un hypocrite. On dit qu’il est brillant, mais si on fait attention à ce qu’il dit on s’aperçoit qu’il est assez limité. Ce n’est qu’un technocrate. Il fera une politique déjà appliquée ailleurs, qui nous mènera un peu plus au bord de l’abîme autour duquel dansent les Européens depuis des années. Il poursuivra l’œuvre néo-libérale qui est la seule chose que sache construire l’UE.

Regardez les arguments de ceux qui soutiennent Macron. Par exemple, il y a quelques jours je suis tombé par hasard sur ce petit site : http://la-philosophie.com/pourquoi-nous-soutenons-la-candidature-de-macron: « Macron veut dépasser la vision traditionnelle des partis et des idéologies, en se déclarant “et de gauche et de droite“, souhaitant rompre avec la dichotomie classique droite/gauche. Cela nous semble être le sens de l’histoire, tant l’idéologie de marché et son pendant politique, le libéralisme, tendent à s’imposer. » C’est mensonger, c’est affligeant et c’est lâche. Cette pensée politique est vide, molle, morte. Par exemple, relisez la première phrase : elle répète la même idée, elle parle pour ne rien dire. Parce qu’ils n’ont rien à dire. Et puis croient-ils vraiment qu’il y a un sens de l’histoire ? Je pense qu’ils mettent ça parce que ça fait joli, c’est tout. Ils n’ont jamais vraiment réfléchi à cette question. Ils parlent comme des bureaucrates incompétents. « L’idéologie de marché » : je me demande encore ce que c’est. Comme Orwell l’avait anticipé, ils ont vidé les mots de leur sens. Ensuite, c’est mensonger parce que Macron a une idéologie bien établie, qui est le néo-libéralisme. Enfin, c’est une politique lâche qui ressemble à celle que certains Français ont pratiquée pendant la Seconde guerre mondiale, celle des collaborateurs du régime de Vichy. Ils disaient : la guerre est perdue, sauvons ce que nous pouvons sauver. Comme les Versaillais avaient accepté la défaite face aux Prussiens, en 1871, avant que les Parisiens lèvent la Commune de Paris. Le vieux philosophe Alain Badiou disait déjà ça de Nicolas Sarkozy. Bien sûr, il ne s’agit de sauver que leurs intérêts, dans la grande guerre planétaire de la mondialisation. Mais ceux qui organisent la défaite se positionnent comme des sauveurs. Macron est pareil. Il fera une politique pour les riches : dérégulation de l’économie, suppression d’impôts pour les détenteurs de capitaux et les entreprises, destruction des droits des travailleurs (comme il a commencé à le faire en inspirant la « loi travail » quand il était ministre de Hollande), instrumentalisation de l’immigration au profit du patronat. Et il échouera à faire progresser le pays. Parce que son but est de faire progresser les intérêts de ses amis riches.

Ajoutons enfin que c’est un traître (à celui qui l’a fait naître, François Hollande) entouré de traîtres (comme Manuel Valls qui, après s’être engagé à soutenir le gagnant de la primaire du Parti socialiste a déclaré qu’il soutient Macron). Comment peut-on imaginer voter pour ce genre d’opportunistes pour diriger un pays ?

C’est que Macron est très soutenu par les médias, qui en France sont presque tous détenus par une poignée de grands capitalistes. Alors s’il est élu, dans cinq ans les Le Pen ou d’autres fascistes seront encore plus près du pouvoir.

Non, on ne peut pas voter pour Macron. Il n’est pas de gauche, il est de droite. Il est celui qui voudra mettre la France complètement au pas du libéralisme. Et pour être certain d’accéder au pouvoir, les médias qui le soutiennent jouent au chantage à l’extrême droite : vous n’avez pas le choix, votez pour le jeune bankster ou bien vous aurez la blonde xénophobe.

Non, on ne peut pas accepter ce chantage. Si on accepte, c’est qu’on est aussi médiocres qu’eux. C’est qu’on a perdu tout espoir. C’est qu’on est en train de devenir comme eux. Le patriotisme est détestable parce qu’il dit que j’ai quelque chose à voir avec ces gens. C’est faux. Je suis Français, mais je n’ai rien en commun ni avec Le Pen ni avec Macron.

Je dois dire que je suis convaincu que Le Pen n’arrivera pas au pouvoir cette fois-ci. Je pense aussi que l’extrême droite se combat autrement que seulement dans les urnes. La situation n’est pas comparable aux années trente. Mais retenons quand même une leçon de cette époque : l’extrême droite se combat de façon plus violente et définitive. Ils ne sont pas démocrates, nous n’avons pas à l’être avec eux.

Je pense aussi, et j’espère ne pas me tromper, que Macron ne fera pas un si bon score que ce qu’annoncent les sondages. Les Français se rendent peu à peu compte qu’il est aussi malfaisant que creux.

Mais alors, si je veux voter, que reste-t-il, direz-vous ? Début 2015, Alexis Tsipras a été élu en Grèce. Il portait beaucoup d’espoirs. Puis il a trahi ses promesses, il a accepté les diktats ultralibéraux. Il a eu peur. Je ne crois en aucun homme providentiel et je trouve absolument ridicule et rétrograde de voter pour un « chef » pour cinq ans, sans possibilité de le contrôler, de le révoquer. Si nous voulons vraiment sortir du règne de l’injustice et saisir la dernière chance de ne pas définitivement griller la planète, il faut changer de système en profondeur. Mais de plus en plus de Français pensent que Jean-Luc Mélenchon peut assurer. Je ne peux qu’espérer qu’ils aient raison.

Mais si au deuxième tour c’est Macron – Le Pen, je ne voterai pas. L’extrême droite, je l’ai dit, il faut la combattre de façon moins démocratique. Mais surtout, il faut combattre la politique économique qui la fait naître. Exactement celle que veut faire Macron. Voter pour lui, c’est renforcer l’extrême droite.

N’oubliez pas que les Français sont parfois très surprenants. Ça ne m’étonnerait pas du tout que ce soit de chez nous que naisse un de ces jours une nouvelle grande révolution. Alors les gens riront du souvenir de ces petites anecdotes de l’histoire, Le Pen ou Macron. En attendant, ne croyez pas vos médias qui vous présentent Macron comme l’espoir de la France. C’est un cauchemar dans lequel nous essayons de ne pas entrer.


 
Leo S. Ross
12 avril 2017

 
 
 
 
 
Partager sur Twitter  |  Partager sur Facebook
 

Afficher les commentairesMasquer les commentaires


 
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Poster un commentaire ?



Votre message



Pour créer des paragraphes laissez simplement des lignes vides.

Creative Commons - BY - NC - ND

Tous les textes, images et sons de abordages sont publiés selon les termes de la licence Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification - 3.0 | Initial caps created by briarpress.org, under CC licence.