abordages

La rose et le laurier

J’ai vu naître l’avenir.
Laurier qui portait une rose,
Entre ses branches courbes et ses pétales bleues.
Les vents doivent souffler,
Les guerrières faire face au soleil,
Et les roses naître.
Je ne dois rien, mais je le fais : je vous aime !
Le laurier sublime la gloire et couronne les caresses.
Or les roses sont des roses,
C’est une pierre qui le dit.
La douleur, telle une serre ahurie, retint la beauté.
Longtemps.
Si dure naissance ; parfois je pense : nous sommes nés à trois.
Elles furent braves, face au soleil, toutes les deux.
La rose a fait une mère et moi, l’ami des pierres,
Je veille le laurier qui se relève,
Je veille la rose qui s’élève,
Je suis l’oripeau de leur renommée.
Que de mots inutiles ! Direct, au cœur : je suis vôtre !
Premiers jours dans un pays de brises, sans lames,
Où les vagues sont en coton, où le temps presse,
Et dont chaque instant et chaque endroit
Est aussi fragile qu’un avenir qui vient d’éclore.


 
Leo S. Ross
6 novembre 2015

 
 
 
 
 
Partager sur Twitter  |  Partager sur Facebook
 

Afficher les commentairesMasquer les commentaires


 
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Poster un commentaire ?



Votre message



Pour créer des paragraphes laissez simplement des lignes vides.

Creative Commons - BY - NC - ND

Tous les textes, images et sons de abordages sont publiés selon les termes de la licence Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification - 3.0 | Initial caps created by briarpress.org, under CC licence.