abordages

Le cavalier

Si ce n’était du cavalier

Et de l’amour qui rouille,

J’aurais aimé mentir.

Le cheval glisse sur le temps qui s’étale

Comme je chiale sur la peau des mots.

Et mes larmes, alignées en rafales

Empêchent tout retour.

O si nous savions suivre ces veines,

Jusque là-bas, avenir ou histoire,

Nous trouverions le cavalier et ce qu’il cherche,

Lui qui n’a jamais su.

Comme nos pleurs rouges,

Peines cramées et aveugles,

Il avance sans tête sur une rosse crevée.

 


 
Leo S. Ross
6 mars 2018

 
 
 
 
 
Partager sur Twitter  |  Partager sur Facebook
 

Afficher les commentairesMasquer les commentaires


 
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Poster un commentaire ?



Votre message



Pour créer des paragraphes laissez simplement des lignes vides.

Creative Commons - BY - NC - ND

Tous les textes, images et sons de abordages sont publiés selon les termes de la licence Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification - 3.0 | Initial caps created by briarpress.org, under CC licence.