abordages

Mouvement des debout

uit debout… ce nom réveille en moi le souvenir des dernières conversations politiques avec mon père : visionnaire, il me demandait : “pourquoi vous ne créez pas un “mouvement ou un syndicat des hommes debout” ?
Le texte suivant a été publié en février 2012 dans le “Combat syndicaliste”.

***

“Mon père est mort à Paris le 5 janvier 2012, à 80 ans. Né au Chili en 1931, établi dès l’adolescence à Buenos Aires, il était ébéniste de métier.
Après avoir déserté du service militaire chilien en traversant la cordillère des Andes, dans les années 50, il s’était embarqué en tant que maître-charpentier sur des cargos. Il voulait parcourir le monde, et il accomplissait aussi une stratégie syndicale et politique, l’implantation dans le secteur maritime afin de pouvoir, le moment venu, paralyser l’activité capitaliste du pays. Homme d’action doté d’un impressionnant courage physique autant qu’homme de théorie, il n’a jamais perdu de vue son sens de la vie : la vivre le mieux possible. Il s’était éloigné de la FORA, la centrale anarcho-syndicaliste Argentine, lorsque celle-ci s’était enferrée dans des logiques dogmatiques, affirmant à coups de motions stériles et d’imprécations de ses vestales ce qu’était la vérité de l’anarcho-syndicalisme, réduisant son action et sa pensée à quelques slogans. Qu’ils soient théologiques ou idéologiques, il se foutait des mots creux. Avec humour, toujours. Il avait rejoint et développé des syndicats rouges et noirs (travailleurs du bois, maritimes), mais autonomes, préférant la réalité et le risque de l’action au confortable entre-soi des petites AG frileuses. À l’orée de la grande dictature argentine, sa lucidité face à la disproportion des forces - une armée qui commençait à tuer contre une myriade de partis et syndicats hésitants - l’avait poussé à quitter l’Amérique. L’amour, rencontré pendant sa période de clandestinité, le mènera en France. Il y poursuivra, sur d’autres fronts, son combat pour la liberté et la justice. Jamais il n’a renoncé à ses idéaux, à son éthique, à l’altruisme, à la connaissance, à la poésie et à l’engagement physique quand il le fallait. Et jusqu’au bout il est resté fier, amoureux de la vie, tendre et solidaire. Récemment, au cours d’une conversation à propos de la CNT, il suggérait que nous devrions la rebaptiser, pour la dynamiser, le Syndicat des hommes debout. Son cœur s’est arrêté à la dernière strophe de « A las barricadas » que lui chantaient deux compañeros qui l’accompagnaient en sa dernière navigation. Quelques instants plus tard, les premiers mots de la médecin-réanimatrice qui s’était occupée de lui ont été : « il est mort en homme debout ».
Salut et honneur à toi, vieux camarade à la peau cuivrée, puisse ton souvenir nous aider à suivre le cap de la joie, de l’action et de la révolution. Te extrañaremos siempre.”


 
Leo S. Ross
16 mai 2016

 
 
 
 
 
Partager sur Twitter  |  Partager sur Facebook
 

Afficher les commentairesMasquer les commentaires


 
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Poster un commentaire ?



Votre message



Pour créer des paragraphes laissez simplement des lignes vides.

Creative Commons - BY - NC - ND

Tous les textes, images et sons de abordages sont publiés selon les termes de la licence Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification - 3.0 | Initial caps created by briarpress.org, under CC licence.