a   b   o   r   d   a   g    e   s   .   n   e   t

Le Grand Meaulnes

n adolescent tombe amoureux d’une jeune fille, à l’adolescente, c’est-à-dire en un coup d’oeil. Et c’est la vie qui y passe, dans cet amour romantique. Le narrateur nourrit, lui, une admiration empreinte de mystère, d’un profond sentiment d’étrangeté et de proximité pour le jeune homme et l’intensité de sa passion. Passe un peu de temps et l’amour tombe en marche. Le grand Meaulnes se marie avec Mademoiselle de Galais, la belle jeune femme qui a abandonné l’autre mariage qui l’attendait. Le narrateur devient instituteur et sa plume raconte l’école, la campagne, leurs grandes petites aventures d’enfants d’une écriture entraînante, douce et teintée de nostalgie. Et peut-être est-ce cette teinte qui annonce, (...)

 
 

Les passagers de la nuit

e choisis le cinéma, la séance. Sûr de faire plaisir à ma compagne - Charlotte Gainsbourg à l’affiche, elle kiffe - mon choix s’arrête sur "Les passagers de la nuit", de Mikhaël Hers. Je ne sais presque rien du film, seulement qu’il s’agit d’une femme que son mari vient de quitter, de la vie avec ses deux grands adolescents, d’une émission de radio nocturne et que ça se passe au début des années 80. Lorsque nous nous installons dans la salle, une angoisse m’étreint : je vais passer près de deux heures avec une actrice qui chuchote, semble souvent déprimée, je vais subir une histoire glauque ou triste, ou les deux, dans un décor d’une époque dont je n’aime presque rien, les années 80, ses vêtements moches, sa (...)

 
 

Grève au menu du Wepler

e passe régulièrement prendre un café au Wepler, Place de Clichy. C’est une grande et prestigieuse brasserie que j’ai l’impression de connaître depuis toujours : mes grands-parents y allaient lorsqu’ils venaient à Paris, il y a des dizaines d’années. Je suis sûr que son allure imposante, ses grandes couleurs rouge en impressionnent beaucoup. Pourtant, le matin, café et petit déjeuner sont à des prix raisonnables. Les serveurs et les serveuses sont toujours d’un grand professionnalisme, et, surtout, très gentils et attentionnés. À l’ancienne. Le soir, nous y allons parfois avec ma compagne, pour les grandes occasions, anniversaires, fêtes. Mais les prix sont alors très élevés. Vendredi 4 février 2022, alors (...)

 
 

Continuer

ne femme que l’on découvre fragile, un peu perdue, décide d’essayer de sauver son fils. Lui est un jeune en train de mal tourner : il fréquente des types d’extrême droite, il a assisté, passif, au viol d’une fille perpétré par ses amis aux cranes rasés et aux idées courtes… Sa mère lâche tout et l’emmène pour un long périple à cheval – l’un des intérêts passés de son fils – au Kirghizistan. Ça commence bien. Mais ça commence mal. C’est, au début, le style qui me tirait par la manche et me susurrait : laisse tomber. Ça commence par un vilain petit artifice de style, des « on » pour décrire ce que font les personnages : « On n’a pas le temps de se dire qu’on peut mourir ici [...] » (p. 13) et alors on se demande, « on (...)

 
 

Ceux qui trop supportent

es gens qui l’ont aimanté. Voilà ceux dont parle Arno Bertina dans son dernier livre, Ceux qui trop supportent – Le combat des ex-GM&S (2017 - 2021). Un projet d’histoire immédiate où l’on verra le romancier s’astreindre à l’exactitude des faits et des propos, par respect pour les hommes et les femmes qui lui ont parlé, par fidélité à la réalité. C’est l’histoire de l’hallucinant et interminable essorage d’une usine et de ses travailleurs. Le groupe Altia, par exemple, qui a acquis l’entreprise, va lui imposer un loyer pour vider sa trésorerie. « Une tique vient de se poser sur la bête, elle va la vider de son sang » (p. 43). Ce capitalisme financier, désincarné, qui n’hésite pas à se dévorer lui-même (...)

 
 

Nourrir la bête

u pays de Galles, deux amis partagent un unique costume. Ce n’est pas leur truc, les costumes. N’en avoir qu’un les arrange : ils ne peuvent pas aller ensemble aux mêmes mariages et enterrements (p. 14). L’un d’entre eux est Mo Anthoine, alpiniste. L’anecdote pose bien le grimpeur, qui n’aime pas la lumière des exploits, pour qui l’alpinisme n’est pas un sport, parce qu’il n’y a pas de compétition. C’est une activité totale, où il s’agit de penser avec son corps. L’escalade est pour Mo « un passe-temps anarchique et amusant » (p. 28). Mo et ses amis ne sont pourtant pas des caricatures d’esthètes new age ou de sportifs taillés pour la com’. Ils picolent, fument en escalade. Il fait ses propres travaux de (...)

 
 

Michael Kohlhaas

la frontière de la Saxe, au XVIe siècle, un marchand de chevaux du nom de Michael Kohlhaas est victime d’une injustice commise par un baron local. Une histoire de chevaux spoliés parce que le marchand ne voulait pas payer un droit de douane abusif. Le baron fait acte d’autorité. Mais l’homme Kohlhaas a une haute idée de la justice et de son droit. Commencent alors les « aventures [d’un] homme étrange et nullement abject » (p. 121), comme le présente Heinrich von Kleist, l’auteur de ce roman moral, grand classique de la littérature allemande. Sur le moment, Kohlhaas est tenté de répliquer, de remettre à sa place le concierge du château qui s’apprête à commettre l’injustice dont il sera victime : « il se (...)

 
 

Les vrais durs ne dansent pas

u lendemain d’une cuite dont il ne souvient pas, Tim Madden, écrivain dont on ne sait pas grand-chose de la production, trouve la tête de son épouse - Patty Lareine - enterrée dans sa cachette à marijuana. Et un tatouage sur son bras. Elle l’avait quittée quelques semaines auparavant. Dès lors et jusqu’au dénouement, le narrateur se demandera s’il est l’assassin et passera le reste du bouquin en quête de la vérité. Chemin faisant il nous racontera un peu de sa vie, de ses amantes, des personnages sordides qu’il croise, de Cap Cod et de l’ennui de Provincetown, une vie marquée et alcoolique, vie de roman noir. Un style direct, où l’on voit le soin de l’auteur à éliminer l’adjectif superflu. Drôle, souvent, (...)

 
 

0 | 8 | 16 | 24 | 32 | 40 | 48 | 56 | 64 | ... | 104

Tous les textes, images et sons de https://www.abordages.net sont publiés selon les termes de la licence Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification - 3.0 | Initial caps created by briarpress.org, under CC licence.